L'érection Ne Restera Pas

DYSÉRECTION

La dysfonction érectile, également connue sous le nom d'impuissance et abrégée en ED, est une condition dans laquelle il est impossible d'atteindre et de maintenir une érection du pénis suffisamment pour les rapports sexuels. Il ne doit pas être confondu avec une éjaculation prématurée entraînant une émission précoce de sperme se produisant juste après le début des rapports sexuels, entraînant une flaccidité du pénis.

La plupart des troubles de l'érection sont liés à des troubles vasculaires, neurologiques, hormonaux et psychologiques. Il peut également être iatrogène, certains médicaments pouvant entraîner une altération du processus érectile normal.

Il a une prévalence de plus de 50% chez les hommes âgés de 40 à 70 ans. Elle a cependant été gérée avec succès en utilisant la pharmacothérapie et la psychothérapie pour ceux dont la cause principale est les troubles psychologiques.

Afin de bien comprendre la dysfonction érectile, il est nécessaire de comprendre la physiologie du processus érectile normal.

Processus érectile normal et physiopathologie de la dysfonction érectile

Le pénis est composé de muscles lisses appelés muscles bulbocarvenosal. Ces muscles sont alimentés en sang par les artères d'hélicine, et également alimentés en nerfs préganglionnaires autonomes qui assurent la médiation de la réponse érectile. Pendant l'excitation sexuelle, il y a libération de produits chimiques connus sous le nom de nuerotransmetteurs des terminaisons nerveuses autonomes et une libération de facteurs de relaxation des cellules endothéliales tapissant les sinusoïdes dans le muscle lisse du pénis. Le principal facteur de relaxation est l'oxyde nitrique (NO), qui induit la production d'autres facteurs de relaxation tels que le cGMP et le cAMP, qui entraînent des changements moléculaires qui provoquent la relaxation des muscles lisses dans les artères et les artérioles qui fournissent le tissu érectile, provoquant une soudaine augmentation du flux sanguin pénien. Une relaxation supplémentaire du muscle lisse sinusoïdal augmente sa compliance, facilitant le remplissage et l'expansion des raides. Les veinules sous la tunique albuginée sont comprimées, ce qui entraîne une occlusion presque totale de l'écoulement veineux. Cette cascade se traduit par une érection. La testostérone est également une hormone clé qui agit conjointement avec son métabolite dihydroteststérone pour médier l'érection en augmentant la production de NO.

L'étiologie ED est généralement divisée en deux grandes catégories, qui sont; organique et psychogène. Cependant, la DE psychogène pure est rare – elle est généralement superposée à d'autres étiologies organiques.

Diverses maladies affectent la fonction érectile en altérant les systèmes nerveux, vasculaire et hormonal, produisant des changements qui affectent le bon fonctionnement du muscle lisse bulbocarvenosal.

Des maladies telles que le diabète, l'hypertension, la maladie coronarienne, les troubles neurologiques tels que les accidents vasculaires cérébraux, l'épilepsie et la sclérose en plaques, la MPOC, la dépression et l'athersclérose peuvent affecter la fonction érectile.

Le tabagisme, l'abus d'alcool, les troubles endocriniens tels que l'hypogonadisme et l'obésité sont d'autres facteurs de risque de développement de la dysfonction érectile.

Diagnostic de l'ED

Le diagnostic implique une évaluation clinique des facteurs de risque susmentionnés, un dépistage de la dépression et un examen des organes génitaux pour détecter d'éventuels signes de troubles hormonaux, neurologiques et vasculaires.

Des tests en laboratoire sont également effectués pour vérifier les niveaux de testostérone et les niveaux de cholestérol sanguin total.

Traitement de l'ED

Heureusement, il existe des médicaments pour le traitement de la dysfonction érectile. Après le diagnostic, le médecin évaluera les médicaments appropriés à prescrire en fonction de la gravité des «dommages».

Les causes sous-jacentes peuvent être traitées comme le diabète, entre autres avant de se précipiter pour prescrire des médicaments contre la dysfonction érectile.

Les inhibiteurs oraux de la PDE5 (inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5) tels que le sildénafil, l'avanafil, le tadalafil et le vardénafil peuvent être utilisés et pris tels quels, généralement une fois par jour et quelques minutes à une heure pour les rapports sexuels. L'alprostadil intracarvenosal peut également être administré dans les cas plus graves.

Les dispositifs d'érection sous vide ainsi que la chirurgie peuvent être optés pour, si les plans de traitement susmentionnés échouent.

Notez qu'il peut être dangereux d'utiliser les médicaments ci-dessus sans prescription médicale en raison des effets indésirables graves qui peuvent en découler, tels que des érections douloureuses prolongées avec fracture du pénis.

Prévention de l'ED

L'exercice et les modifications du mode de vie peuvent améliorer la fonction érectile. La perte de poids, en évitant les facteurs de risque tels que le tabagisme et l'abus d'alcool qui prédisposent à la DE est efficace pour augmenter et maintenir les niveaux de testostérone.

9 thoughts on “Dysfonction érectile: la vérité douloureuse et les remèdes

  1. J'étais en route vers la maison de ma copine pour une soirée cinéma et j'ai réalisé que j'avais laissé mes médicaments contre la dysfonction érectile à la maison. Je me suis retourné et je l'ai ramassé et j'ai décidé de prendre 25 mg sur le chemin de sa maison. Ça avait commencé au moment où j'y suis arrivé et c'était le timing parfait.

  2. Tout a commencé quand j'avais 11 ans, ça chatouillait chaque fois que je me frottais le pénis et j'aimais la sensation. Je ne savais pas que ce qui semblait innocent deviendrait un énorme problème plus tard dans ma vie; ça a commencé à devenir une dépendance et ça n'a fait qu'empirer quand j'ai découvert le porno 5 ans plus tard. Je m'étais tellement habitué à être juste en érection en regardant du porno que plusieurs fois je me serais couché avec une fille, mon pénis ne se levait tout simplement pas, c'était très humiliant. Pendant plusieurs années, ma dépendance au porno m'a donné une dysfonction érectile lorsque j'étais avec une fille. Heureusement, je suis tombé sur le forum NoFap et j'ai abandonné le porno qui a définitivement guéri ma dysfonction érectile. Très peu de gens savent à quel point une dépendance au porno peut être effrayante pour votre bien-être et votre vie sexuelle.

  3. J'ai eu une dysfonction érectile en raison de ce que je pense être une mauvaise alimentation mélangée à trop de cardio. Je mangeais principalement des végétaliens (teneur élevée en soja) et je courais environ 8 miles par jour. J'étais aussi jeune – environ 23 ans. Avant ce mode de vie, je n'avais aucun problème d'excitation, et après avoir changé mon régime alimentaire en un régime plus omnivore et limité mon cardio, je suis redevenu très bien. Je n'ai pas eu ce problème depuis et j'ai 32 ans aujourd'hui.

  4. C'est une chose très frustrante à vivre, surtout lorsque vous essayez d'en avoir un. Bien qu'il existe différents médicaments que vous pouvez utiliser pour vous en procurer un qui est là pour vous aider. Il y a donc des alternatives

  5. J'ai découvert que j'avais une dysfonction érectile la semaine dernière et j'étais tellement découragée que j'avais envie d'abandonner mais ma copine était là pour me soutenir. Je n'ai pas pu me lever pour avoir des relations sexuelles avec elle, prouvant ainsi que je faisais la bonne chose en obtenant enfin un traitement.

  6. après 40 ans, je ne pouvais pas m'empêcher de remarquer que ma libido n'était plus ce qu'elle était. j'ai commencé à sortir avec une vingtaine d'insatiables, mais je me sentais gênée par mon incapacité à la suivre. J'ai l'impression de lutter contre les liens, de lutter dans une veste droite, j'étais impuissant. Cela m'a vraiment dérangé et m'a enlevé mon sentiment d'être un homme.

  7. Depuis cinq ans, je souffre de dysfonction érectile. Je suis un peu plus âgée que ma femme et je veux lui faire plaisir sexuellement. Cependant, j'ai cherché une thérapie et une assistance médicamenteuse pour ce faire. Cette année, j'ai réussi à traiter mon trouble et cela a fait beaucoup de différence.

  8. Je ne sais vraiment pas quoi faire de ma dysfonction érectile. Je préfère arrêter d'avoir des relations sexuelles que de prendre un tas de pilules qui pourraient avoir des effets secondaires pires que le problème d'origine.

  9. Au début de l'année scolaire septembre, j'ai eu une gentilia en bonne santé, pas de pénis incurvé ni de problèmes d'éjaculation. Pendant l'année scolaire, j'ai fumé beaucoup de marijuana, environ une fois tous les deux jours. J'ai également utilisé adderall pour m'aider à écrire un essai environ 5 fois 3 fois 30 mg xr et les deux autres fois 10 mg ir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *